SandrinePhotos - Esprit Nature
Cryptocéphale rayé, Cryptocephalus vittatus, Coléoptère rayé noir et jaune, Chrysomelidae, Insectes du Poitou-Charentes, Bouresse, France (1)
Coccinelles et autres Coléoptères (p.3)

Cardinal à tête rouge, Pyrochroa serraticornis, Pyrochroidae, Grand coléoptère rouge, Jardin, Le Verger, Bouresse, Biodiversité du Sud-Vienne 86 (44)
Cardinal à tête rouge - Pyrochroa serraticornis - Pyrochroidae
Le Cardinal à tête rouge est un coléoptère de grande taille (15 à 18 cm). C'est sa belle couleur rouge qui lui a valu son nom et qui permet également de le distinguer du Cardinal Pyrochroa coccinea à tête noire. Ses pattes sont noires, tout comme ses antennes en forme de peigne. Il apprécie les milieux frais, les abords des bois et les haies sauvages, La femelle pond ses oeufs dans l'écorce de vieux arbres morts ou de souches en décomposition. Ses larves se nourrissent d'insectes xylophages et jouent un grand rôle dans leur régulation.
(Bouresse, le Verger, 13/05/2018)
Le Moine, Cantharis rustica, Cantharidae, Coléoptères, Insectes du Poitou-Charentes, Bouresse (4)
Le Moine - Cantharis rustica - Cantharidae
Ce coléoptère bicolore vit dans les prairies et sur les plantes basses où il chasse de petits insectes comme les pucerons. Il a de longues élytres noires et un thorax rouge avec une tache noire. Ses larves sont toutes noires et vivent sous terre.
(Voir plus de photos)

Bousier, Géotrupe stercoraire, Geotrupes stercorosus, Coléoptère, Balade en forêt -Automne 2016- A walk in the wood, Biodiversité en région Nouvelle-Aquitaine, Poitou (18)   
Géotrupe stercoraire - Bousier du fumier Geotrupes stercorarius 
Petit scarabée noir à reflets bleu métallique, ce Bousier se nourrit d'excréments d'animaux. Afin de nourrir ses larves, la femelle Bousier, aidée parfois du mâle, roule à reculons avec les pattes arrière, des boulettes d'excréments jusque dans une galerie confectionnée pour abriter ses oeufs. À leur naissance, les larves ne manqueront de rien. Les antennes du Bousier sont en forme de massue, élargie aux extrémités, et ses pattes sont dotées de poils rigides. Ses élytres sont marquées par de fins sillons et son thorax est piqueté de petits trous. On les rencontre en automne sur les chemins forestiers, à la recherche de nourriture telles que des laissées de cervidés. (Le P'tit Crochet, Queaux (86), 17/10/2016)
Oedemera nobilis, Oedemère noble, mâle, Coléoptère vert à grosses cuisses, Insectes, Bouresse, Le Verger, Région Aquitaine, Limousin, Poitou-CharentesOedemera nobilis, Oedemère noble, femelle, Coléoptère vert, Insectes, Bouresse, Le Verger, Région Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes (1)
Oedemère noble Oedemera nobilis  
Cet insecte vert métallique fréquente les prairies ensoleillées et fleuries. C'est un très bon pollinisateur. Le mâle, fier de sa musculature, arbore de grosses cuisses renflées, alors que ce n'est pas le cas pour la femelle. Madame tient à sa ligne ! Il se nourrit du pollen des fleurs : renoncules, marguerites, etc... Sa larve grignote le bois.
(Bouresse, le Verger, 02/06/2016)
Clairon commun, Trichodes alverius, Insectes, Coléoptères, Cleridae, Le Verger, Bouresse, ALPC 86
Clairon commun - Trichodes alvearius 
En attendant que les ombellifères du jardin ne fleurissent, le Clairon commun se vautre dans les larges fleurs de marguerite et remplit ses poils de pollen. C'est un insecte prédateur qui pond ses oeufs dans le nid des abeilles maçonnes et autres hyménoptères. Il se nourrit de pollen et de petits insectes xylophages. Ses élytres sont rayées de larges bandes noires et rouges. En vol, on peut apercevoir son corps rouge vif. (Bouresse, Le Verger, 21/05/2016)
Grand Clairon, Clairon mutille, Pseudoclerops mutillarius, Clerus mutillarius, Coléoptères, Cleridae, Checkered Beetle, Insectes du Poitou-Charentes, Bouresse, Route de la Grange à Bonnet, SandrinePho
Le Grand Clairon ou Clairon mutille - Clerus mutillarius - Cleridae 
Le Grand Clairon est un coléoptère qui vit sur les troncs d'arbres tout juste coupés. Tout comme sa larve, il se nourrit de petits insectes ou de larves colonisant le bois. Son corps est noir et velu, avec des dessins blancs et une partie des élytres, rouge. Son abdomen est rouge-orangé. 
(Bouresse, 03/05/2015)
Chrysomèle du romarin ou chrysomèle américaine -Chrysolina americana, Coléoptère vert arc en ciel, Insectes, multicolored insect, coleoptera Gers, South of France (7) Chrysomèle du romarin ou Chrysomèle américaine - Chrysolina americana - Chrysomelidae, Coléoptères, Jardin, le Verger, Refuge LPO Bouresse, Biodiversité du Sud Vienne, Poitou 86 (37)
Chrysomèle du romarin ou Chrysomèle américaine - Chrysolina americana - Chrysomelidae 
Plutôt discrets malgré leurs magnifiques élytres multicolores, ces coléoptères aux couleurs de l'arc-en-ciel vivent regroupés sur les branches de romarin ou de lavande. Originaires du Midi, ces petits insectes se sont progressivement déplacés vers le nord et trouvent dans de très nombreux jardins et parcs de quoi nourrir leurs larves. (Condom, Aude, 30/07/2014)
Voir plus de photos

Cryptocéphale rayé, Cryptocephalus vittatus, Coléoptère rayé noir et jaune, Chrysomelidae, Insectes du Poitou-Charentes, Bouresse, France (1)
Cryptocéphale rayé Cryptocephalus vittatus - Chrysomelidae 
Il paraît gros sur cette photo, mais ne vous y fiez pas. Il mesure moins de cinq millimètres. Ses élytres sont rayées de noir et de jaune, piquetées de petits trous, son thorax est noir, très brillant. Il se rencontre en été dans les friches ensoleillées, sur les fleurs. À croire qu'il a une légère préférence pour les fleurs jaunes! On se demande pourquoi! ^^ 
(Lotier corniculé-Lotus corniculatus) (14/07/2014)
Mylabris quadripunctata, Le Mylabre à quatre points, Meloidae, Coléoptère rouge et noir, Insectes, Jujols 2015, SandrinePhotos(14)
Le Mylabre à quatre points - Mylabris quadripunctata - Meloidae
Ce coléoptère d'assez grande taille a de longs élytres oranges ponctués de quatre points noirs plus ou moins prononcés. La pointe de ses élytres est noire ainsi que tout le reste de son corps velu. Ses antennes en massue sont assez courtes. Les pétales de fleurs des prairies ensoleillées sont sa nourriture préférée (orpin, liseron). Lors de la ponte, la femelle enfouit une quarantaine d'oeufs dans le sol. À leur naissance, les petites larves parasitent les oeufs de criquet. C'est au terme de leur cycle de métamorphose, qu'elles se dirigeront à leur tour, au sommet des fleurs.
(Jujols, Pyrénées Orientales, 11 juillet 2015)
Cicendèle champètre, Cicindela campestris, insectes coléoptères, Route de Montmorillon-Sillars, Poitou-Charentes
Cicendèle champètre - Cicindela campestris 
Mais qu'est-ce qui peut bien courir aussi vite dans l'herbe ? C'est une Cicendèle champètre, coléoptère au corps vert métallique et aux pattes rouges et vertes. Deux points blancs au centre des élytres et quelques marques blanches sur les bords. (27/03/2015)
Lucane mâle sur ortie, Cerf-volant, Larve dans bois de chêne pourri, Lucanus cervus larva in rotten oak trees, Lucanidae, Coléoptères, Insectes, Bouresse, Poitou-Charentes
Le Lucane Cerf-volant -Lucanus cervus-Lucanidae
Même s'ils habitent généralement dans la forêt, on peut croiser des lucanes un peu partout, dans les jardins, les parcs, les vergers etc... Le mâle peut mesurer jusqu'à 8 cm, "bois" compris. La femelle, plus petite, n'est pas pourvue d'une aussi grande pince que le mâle. Leurs larves se développent dans du terreau de vieux chênes. Il leur faudra 5 années avant d'arriver à maturité. Elles devront passer encore une année en état de nymphe avant que l'adulte n'émerge. Les cerfs-volants sont le plus souvent visibles les soirs d'été. Malheureusement, leur espérance de vie est très courte. Le mâle meurt après l'accouplement et la femelle après la ponte. Malgrè leur grande taille, ce sont des insectes très vulnérables qui font l'objet de convoitise de nombreux prédateurs.
Larve de Lucane dans bois de chêne pourri, Lucanus cervus larva in rotten oak trees, Lucanidae, Coléoptères, Insectes, Bouresse, Poitou-Charentes (1)
Larve de Lucane - Lucanus cervus 
Un tas de bois, du chêne si possible, disposé à même la terre est le lieu idéal pour se développer lorsque l'on est une larve de Lucane Cerf-volant. Et si rien ne la dérange, elle y restera plusieures années avant de devenir adulte. Malgrè ses rondeurs elle se déplace assez vite et ses grandes mandibules lui permettent de creuser le bois et se nourrir. Au bout de cinq années, la larve mesure environ 10 cm. Elle se nymphose et passe une année de plus sous terre. Puis vient enfin la délivrance. Les larves de lucanes ne s'attaquent ni aux poutres ni aux charpentes. Elles ne sont en aucun cas nuisibles, bien au contraire. C'est une espèce menacée qui mérite toute notre attention. (12/01/2015)  Voir plus de photos

  • SandrinePhotos dit :
    30/10/2016

    Bonjour, pas si facile de les différencier, ces deux-là ! J'en ai photographié un autre dans les bois, hier. Et je pense qu'il s'agit également d'un Anoplotrupes stercorosus. Je posterai une nouvelle photo bientôt...

  • Michel C dit :
    21/10/2016

    Bonjour, ....mon œil expert...c'est flatteur, mais je ne suis pas un expert, je suis juste un amateur autodidacte passionné.
    Cette passion est à la base de mes connaissances. Il y a tellement à découvrir et à apprendre dans la nature, je sais que vous en êtes convaincue.
    A bientôt, autour d'autres photos.

  • SandrinePhotos dit :
    20/10/2016

    Je vais me fier à votre oeil expert, alors ! En attendant d'en croiser un autre...

  • Michel C dit :
    20/10/2016

    Bonjour Sandrine,...Geotrupe du fumier ou Geotrupe des bois ?? Les deux espèces sont très proches. Les caractères distinctifs ne sont guère visibles sur photo : nombre de dents externes sur les tibias postérieurs, forme du pronotum et autres subtilités
    Pour bien déterminer, il faut les deux insectes en main. A regarder de plus près, je confirmerais Geotrupe stercoraire pour ses élytres très brillants et fortement striés, les bords du pronotum presque droits (av et ar )..mais pas de certitude.
    Même avec un peu de latin, on s'y perd.

  • SandrinePhotos dit :
    19/10/2016

    Bonjour, Michel ! Suite à votre commentaire, je me demande s'il ne s'agirait pas plutôt d'un Anoplotrupes stercorosus et non d'un Geotrupes stercorarius... J'en perds mon latin avec ces petites bêtes ! ^^

  • Miche C dit :
    19/10/2016

    Bonjour Sandrine ...Très heureux de reprendre la dialogue ^^
    Le géotrupe stercoraire peut être appelé Bousier, nom général de cette famille, mais plus précisément: Géotrupe du fumier.
    Petite différence entre géotrupe et bousier: le bousier façonne des boules de bouse et les enterre a peu de profondeur; le géotrupe creuse sous les excrément un puit vertical et les y stocke sans faire de boule.
    Une petite modif :Le nom latin est "stercorarius" .
    A bientôt.

  •  
     



    Créer un site
    Créer un site