SandrinePhotos - Esprit Nature

Bouresse, de la Révolution au début du XXI ème siècle
 
                  À partir de 1856, de nouvelles professions apparaîssent :
 
     1856                Louis Soulas, tailleur de pierres
                              Jean-Baptiste Martin Dumineret, maire
     1861                 Louis Laprade, médecin
                              Jacques Gaillard, curé
                              Jacques Villeneuve, instituteur

                   C'est à partir de 1861 que les premiers métiers féminins commencent à apparaître dans les recensements, même s'il est évident que les épouses travaillaient très souvent dans l'ombre de leur mari. 
                   Il n'y avait pas moins de 10 couturières dans la commune cette année-là :
Marie Verret, Marie Augry, Louise Thomas, Adèle Giraud, Marie Gerbaud, Marie Pradeau, Justine Verry, Marie-Louise Biot, Marie Couturier et Marie Faideau.
                            Marie Clercy, lingère 
                            Louise Dupré, nourrice 
                            Jeanne Mercier, servante 
                            Silvine Montout, journalière
      
              D'autres étaient rentières ou mendiantes, ou bien "sans profession", parfois, comme Marie-Anne Bourdeau.
     1872               Urbain Fromenteau, facteur-boîtier
                            Antoine et Jacques Faideau, maîtres d'hôtel
                            Pierre Bourdois, bourrelier

                     D'autres professions féminines apparaîssent lors du recensement de 1872 : 
                            Elène Leroy épouse Gillard, institutrice 
                            Marie Artaud, 
sage-femme
                            Jeanne Lebeau, veuve Dupré, 
métayère
     1876              Thérèze Lefèbvre et Marie Bondu, institutrices
                            Honoré Duguet, instituteur 
                            Alexandre Amand, sabotier à l'angle de la Grand'rue et de la Rue du Gué
                            Antoine Beyne, cordonnier et son apprenti, Baptiste Martin
                            Jacques et François Courtois, brûleurs
                            Alexandre Auzanneau, sacristain
                            Antoine Guitard, garde-champêtre                                     
                            Louis Joyeux, messager puis courrier en 1881
                            Jean Laglaine, père et fils, marneurs
                            Louis Lairault, Louis Clément et Baptiste Martin, fermiers
                            Marie Delage, veuve Joyeux, fermière
    En 1881, les épouses sont associées au travail de leur mari :
                           
 Pierre Joyeux et Marie Faideau son épouse, épiciers
                            Baptiste Piquet, horloger 
                            Jean-Baptiste Chassat, instituteur         
     1886              Michel Nadeau et Marie, son épouse, boulangers
                            Radegonde Légé, Marianne Dussouil, ménagères
                            Marie Gaudin et Elisabeth Picherit, religieuses
                            Joséphine Baudu, institutrice
                            Marie Boulais, cuisinière chez M. 
Florentin Aubar 
                            Charles et Louise Augris, épiciers
                            Marie Guyon, bergère, 13 ans
                            Rose Clément, fille de chambre chez M. Gabriel Clémot
     1896              Radegonde Armand, employée des télégraphes
                            Marie-Louise Bourot, épicière et Marie Renaud, son employée
                            Radegonde Périqiaux, cuisinière chez M. Florentin Aubar
                            Ferdinand Boucher, cocher
                            Baptiste Soulas, tailleur de pierres
                            Louis Bernard, jardinier, 
Charles Musard, cocher, Marie Maronneau, cuisinière, Éveline Marnais, femme de chambre, André Simonnet, berger, au service de M.Hubert  
                            Alexis Patris, ferblantier puis chef ferblantier en 1901 
Article de presse La Semaine Ecrivain et poète René Patris d`Uckerman, Bouresse 1931 AD 86 p.29
Alexis Patris et Juliette Sorton sont les parents naturels de l'écrivain et traducteur René Camille Patris d'Uckermann (né à Bouresse le 23/03/1897- décédé à Juan-Les-Pins le 17/08/1992), prix de l'Académie française pour L'ange au sabbat en 1947 et pour une biographie du peintre Ernest Hébert en 1983, ancien Directeur littéraire des Établissements Flammarion et membre de l'Académie Delphinale en 1962.
Orphelin de père et de mère en 1916, et suite à des correspondances échangées durant la Première Guerre Mondiale, René Patris fut adopté en 1923 par la baronne Gabrielle Hébert, née d'Uckerman (1853-1934), veuve du peintre Ernest Hébert (1817-1908). Il se chargea de s'occuper des biens parisiens et dauphinois de sa mère adoptive et de la réalisation d'un musée consacré au défunt peintre. En 1979, René Patris fit don de ce domaine au département de l'Isère à la seule condition qu'il soit toujours dédié à l'artiste. 
(Article de presse tiré de La Semaine du 2 août 1931 - AD 86) 
 
                             Louis Babert, buraliste
                             Marcel Calendré, curé
                             Sylvain Bourot et Madeleine Delhomme, valet et femme de chambre chez M. Mesmin Desvaux
                             Jacques Fromenteau, garde particulier du Marquis de Campagne
                             Xavier Muzard, chapelier
                             Lucien Gerbaud, instituteur, Alexandre Carron, instituteur adjoint 
                             Joseph Depardieu, maréchal 
 

 
 



Créer un site
Créer un site